Rencontre du… de 2 heures du matin.

Rencontre du… de 2 heures du matin.

On reste dans le carton ou pas ?

On reste dans le carton ou pas ?

C’est ce que m’inspire le salon de l’auto. Mais j’ai certainement tort.

Je ne t’embrasse pas.

Papa, maman, il est temps je crois de vous écrire, séparément bien évidement car ne vivez plus ensemble. C’était bien la peine de me faire venir dans votre manif « familiale ». Je suis grand maintenant, j’ai toujours caché ce dégoût que j’avais lors de cette journée du dimanche 24 mars. Je m’en souviens très bien, ce matin-là je devais passer la journée chez mon cousin Antoine, jouer, rire, faire des bêtises dans le jardin (il devait pleuvoir), mais papa a préféré m’emmener avec lui dans cette mascarade dont je me fichais éperdument. J’ai voulu prendre avec moi mon Action Joe mais papa a dit non.

C’était pas vraiment marrant cette journée, les gens, la foule, je ne comprenais pas grand-chose, papa m’a expliqué que l’homme et la femme c’est fait pour faire des enfants et que la famille c’est un père et une mère et rien d’autre bordel de merde ! T’as l’air fin aujourd’hui le daron au fin fond de ton appart à te lamenter sur l’absence de maman qui est partie vivre sa vie avec son amant, tu sais celui avec qui elle vivait une liaison depuis plus de 5 ans. Je suis dur, mais toi, tu étais pire ce dimanche 24 mars.

Tu me diras que ce n’est pas pire que mon copain d’école, Nicolas, lui un autre jour et de l’autre côté de la barrière avec le mariage pour tous, à qui on a collé une pancarte dans les mains, faut dire qu’il a bien rigolé, à huit ans, “bite dans le cul…” écrit sur une pancarte c’est toujours marrant… ou pas. Il s’en souvient bien, comme moi de cette période, de notre « engagement », de la diffusion de nos images. Pauvre Nicolas, je pense à lui encore. Putain huit ans. 

Puis la foule, les gens, les flics, le bordel, l’agitation. Aujourd’hui en étant plus grand je me dis que le monde serait meilleur si tu avais mis plus d’énergie à sortir dans la rue défendre les fermetures d’usines, les salauds qui font que j’ai plus de boulot en ce moment. T’as des bonnes raisons, t’as voulu faire de moi un bon hétérosexuel, me conformer à cette bonne vieille culture judéo-chrétienne qui me fait bien gerber aujourd’hui.

Je ne t’embrasse pas, maman non plus qui n’a rien dit quand nous sommes rentrés et que j’ai pleuré dans ma chambre. C’est la famille. A moi de construire la mienne, dans l’amour, le partage, le désir et les échanges avec l’esprit ouvert… rien que des mots que vous ne connaissez pas.

source - http://flolou.hautetfort.com/archive/2014/10/05/je-ne-t-embrasse-pas.html

Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître… on trouve des trucs de dingue chez les parents. #vintage #magnetophone #cassette

Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître… on trouve des trucs de dingue chez les parents. #vintage #magnetophone #cassette

WTF -OMG - C’est pas moi, c’est pas faute. #fuckinggranola

WTF -OMG - C’est pas moi, c’est pas faute. #fuckinggranola

Un peu long mais… le clin d’oeil à Toy Story est sympa et la prestation impressionnante.

Jusqu’ici tout va bien.

image

Je crois que je suis passé par différentes étapes. Dans un premier temps j’étais agnostique, puis j’ai pris conscience qu’il fallait trancher alors j’ai dérivé vers l’athéisme. Finalement j’ai toujours eu du mal à me situer. En y réfléchissant j’ai décidé de n’être rien. Pourquoi vouloir me ranger dans une case, moi qui déteste les étiquettes. Je ne suis rien, je crois en ce que je veux, c’est-à-dire rien. Je ne pense rien. Et pourtant.

J’ai senti la puissance divine du Vatican en me laissant guider vers la basilique, dans les moments important de ma vie il m’est déjà arrivé de me rendre dans une église, une cathédrale et d’y prier à ma façon. Moi qui ne pense rien, j’ai besoin de savoir que le divin m’absorbe et que les forces de la métaphysique viennent me guider. Il m’arrive même de fermer les yeux souvent et de penser à mes proches disparus. C’est le mystère qui m’attire, ce que je ne peux pas capter ou capturer, ce que je ne sais pas.

Je crois que j’aime rêver.

Je viens de faire un grand écart dans ma vie. Une prise de risque pour me redonner un souffle, casser mes habitudes et sentir des sensations différentes sur ma peau. J’aime finir des choses pour les recommencer ensuite. Juste espérer que tout ira bien. Moi qui ne crois en rien j’ai juste envie pour une fois de croire en moi et à mes choix. Le seul dieu qui existe c’est nous. Je viendrais quand même fermer les yeux et invoquer les puissances. Dans le doute.

source - http://flolou.hautetfort.com/archive/2014/10/01/jusqu-ici-tout-va-bien.html

Ca c’est une putain de bonne pub.

Ca c’est une putain de bonne pub.

Muraille de chine. C’est fou ça. C’est merveilleux internet :)

Muraille de chine. C’est fou ça. C’est merveilleux internet :)

Ca me laisse de marbre. (bordel je suis super drôle)

Ca me laisse de marbre. (bordel je suis super drôle)

Monde Extérieur le court métrage que j’ai réalisé avec David Rault est disponible dans une version restaurée. Starring Kad Mérad et Olivier barroux, Melvil Poupaud sur un scénario de Michel Houellebecq. Nous étions en 2003.